Aller au contenu
Accueil » Actualités » Anosmie Post-Covid (Perte d’odorat partielle ou totale) : un enjeu de santé

Anosmie Post-Covid (Perte d’odorat partielle ou totale) : un enjeu de santé

    3 millions de personnes, soit 5% de la population, souffrent d’une perte partielle ou totale de l’odorat, soit l’incapacité de sentir, ressentir et donc appréhender le monde qui les entoure. C’est ce que l’on appelle l’anosmie. Elle peut être temporaire tout comme permanente. 

    Dans l’imaginaire collectif, perdre son odorat apparaît comme anodin, pourtant, ce sens est au combien précieux. En être privé est extrêmement déstabilisant. Peu de recherches, de statistiques, existent. Avec l’arrivée de la Covid-19, l’odorat est devenu un sens prioritaire et les études ont enfin émergé pour mieux l’appréhender. 

    La perte de l’odorat ou anosmie, qu’est ce que c’est ?

    L’anosmie est une conséquence aujourd’hui très connue de la Covid-19. Depuis Mars 2020, l’odorat a pris une tout autre dimension.

    Comme si un voile s’était levé sur un sens qui, jusque-là, n’avait pas réellement été étudié, ni conscientisé, par l’ensemble de la population, des chercheurs, des médecins et des gouvernements.

    Pourtant, d’autres origines sont liées à l’anosmie, par exemple, un méningiome, une polypose nasale, une maladie dégénérative… La perte de l’odorat n’est donc pas une nouveauté. Beaucoup l’ont subie sans trouver de solutions concrètes ni de soutien. Ce temps est révolu. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui investissent cette cause. Le temps des réponses est arrivé.

    Concrètement, dans le meilleur des cas, l’anosmie après une infection à la Covid-19 régresse généralement au bout de 2 semaines. Cependant, on compte aujourd’hui au moins 10% des patients atteints par la Covid-19 présentant des symptômes persistants. On parle alors d’un dysfonctionnement olfactif persistant et chronique qui se traduit par la diminution de l’odorat (hyposmie) voire une perte d’odorat totale (anosmie). 

    La problématique est immense pour les patients. Perdre partiellement ou totalement son odorat a des conséquences importantes sur la vie en général, sur le goût, sur l’état de santé physique et psychologique. En clair, il peut en résulter une diminution de la qualité de vie, des symptômes dépressifs, des modifications de l’appétit et une incapacité à percevoir le danger (type fumée, gaz…).

    La rééducation olfactive, clé de la régénération des cellules olfactives

    Une particularité, qui donne espoir et perspectives, est la capacité des cellules olfactives à se régénérer. Un protocole a été trouvé, étudié puis testé pour permettre aux patients de retrouver ce sens si précieux. Il fonctionne très bien et demande une forme de discipline. 

    En effet, c’est un training quotidien, de minimum 12 semaines, pour entraîner l’odorat et stimuler toutes les cellules olfactives. Il s’agit d’inhaler 2 fois par jour, matin et soir, 4 huiles essentielles spécifiques à fortes concentrations.

    Cette rééducation olfactive permet de récupérer efficacement et petit à petit. Elle est peu couteuse et sans toxicité significative connue. Ce protocole a été validé par le service d’ORL du CHU de Tours.

    Un training olfactif quotidien se réalise sur 6 à 12 semaines. On entraîne son odorat et on stimule toutes les cellules olfactives. Il s’agit d’inhaler 2 fois par jour, matin et soir, 4 huiles essentielles spécifiques à fortes concentrations.

    > Se mobiliser autour de l’Anosmie : ambassadeurs des odeurs et digitalisation

    L’équipe du Professeur Fabrice Denis (médecin spécialisé en e-santé et IA, cofondateur de la société Kelindi) en partenariat avec l’association européenne anosmie.org  a  développé une application web  pour orienter et guider les patients : covidanosmie.fr.

    Très complète, elle est un support majeur pour l’entraînement olfactif et toutes les stimulations visuelles. Elle permet de s’auto-évaluer et un suivi des scores olfactifs est disponible. Être orienté est essentiel. Essentiel pour se sentir guidé et soutenu, pour avancer dans ce tunnel dans les meilleures conditions.

    C’est ce qui a été prouvé par une étude faite récemment (étude clinique observationnelle en vie réelle sur plus de 500 personnes touchée par la Covid et ayant présenté une anosmie persistante de plus d’un mois). Ce protocole de rééducation olfactive est efficace, et grâce à sa digitalisation, à la réalisation de l’application web, l’information a été rendue accessible, ce qui n’était pas le cas auparavant évidemment. C’est une réelle avancée pour tous les anosmiques confrontés à ce parcours de récupération.

    Les 500 participants se sont exposés 2 fois par jour aux odeurs des quatre huiles à hautes concentrations suivantes :

    • Alcool phénylique (odeur de rose de Geranium rosa)
    • Eucalyptol (odeur d’eucalyptus)
    • Citronellal (odeur de citron)
    • Eugénol (odeur de clous de girofle)

    Ces huiles sont vendues dans de nombreux commerces (supermarchés, magasins bio, enseignes de vente de produits naturels et cosmétiques). Il est donc extrêmement facile de s’en procurer. 

    Ils ont reniflé chaque odeur pendant environ 15 secondes à l’aveugle et répété ce processus 30 secondes plus tard. Ensuite, les noms et les images associées aux odeurs sont dévoilés. Ce principe est très important car il permet au sens olfactif d’être stimulé puis de relayer l’information au cerveau pour améliorer notre capacité à recréer du lien olfactif en donnant du sens aux odeurs. 

    Chaque participant s’est entraîné matin et soir, soit 4 expositions par jour et par odeur. Ils ont tous tenu un journal de bord précis, disponible sur l’application. Ce suivi a permis de bien comprendre l’efficacité du protocole grâce à une évaluation des capacités olfactives pour chaque huile par un système de notations.

    > Communiquer en faveur de l’anosmie : le numérique ou l’information pour tous

    Le résultat est sans appel : la rééducation olfactive est efficace pour améliorer la fonction olfactive. Les chiffres sont là. Le score auto-évalué de l’olfaction est pratiquement passé de 2 à 4,6 après un temps d’entraînement olfactif moyen de 28 jours. 

    Cette double approche, olfactive et visuelle, confirme la pertinence du protocole : la perception olfactive bénéficie considérablement de la perception visuelle. 

    Par ailleurs, l’utilisation d’une application web est une méthode positive. Elle s’inscrit parfaitement dans notre temps, est adaptée à notre société et permet un accès facile pour tous et à toute heure. L’information est désormais disponible. L’apprentissage par des tutoriels favorise clairement la qualité de la rééducation et le suivi régulier du protocole. 

    En effet, les patients ont maintenant un outil clé en main, accessible et facile, leur permettant de mieux comprendre leur symptômes et de suivre leur parcours de rééducation. Et surtout ! Ils ne se sentent plus seuls, démunis face à cette perte de sens. Une vraie communauté s’est créée. Entraide et soutien ont émergé. 

    La plupart d’entre nous ne peut qu’imaginer perdre l’odorat. Quand ce symptôme devient concret, quand vous atterrissez dans cette problématique, tout change.

    Au début, généralement, les patients n’y prêtent pas attention, ça ne paraît pas si important, si significatif « Ça va passer, se dit-on ». Puis, c’est le temps qui passe… Il met sur le devant de la scène l’importance de pouvoir sentir… ses proches, son lieu de vie, les odeurs des saisons, de la nourriture, de la vie en somme. Un monde s’écroule. Voilà pourquoi en parler est essentiel.

    C’est un message de santé publique avec un objectif : être accompagné pour réagir au plus vite. 75% des personnes qui ont fait leur rééducation olfactive ont retrouvé leur odorat. C’est très encourageant. 


    Retrouvez, aussi, le programme de prise en charge

    Nutrition-Dénutrition dans le cadre de la Covid-19

    Romdes avec Recup’Air proposent une prise en charge pluridisciplinaire. Un programme de soutien pour lutter contre la Dénutrition dans le cadre de la covid-19. Des professionnels de santé sont, pendant 1 mois minimum, à votre disposition pour vous aider à vous rétablir : poser les bons diagnostics, enclencher les bonnes solutions, vous sentir soutenu, suivi et guidé.

    Votre corps et votre mental sont affaiblis ? Vous n’avez plus d’appétit ? Contactez-nous, des solutions existent ! 

    Credit Photos @Unsplash

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *